Une politique tarifaire
au plus juste

La famille DEGAGE exerce le métier d'armateur depuis plus de 20 ans. Au fil des années, elle s'est dotée d'un sens aigu des affaires et forgée une expérience accrue dans le transport maritime.



Elle n'a pour seule ambition que de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour offrir aux usagers des navires AREMITI une qualité de service irréprochable.

Malgré un climat non propice à l'investissement, elle a décidé d'investir dans un nouvel outil de travail plus performant, plus spacieux, plus confortable, le navire AREMITI FERRY 2. Le Groupe DEGAGE a conscience qu'une entreprise se doit de renouveler son produit afin de satisfaire au mieux sa clientèle.

Les tarifs du transport maritime

Il est important de noter que, dans le cadre du transport maritime des navires à grande vitesse (NGV), le prix varie selon la distance parcourue, les conditions de confort et de rapidité suivant lesquelles le trajet est effectué. Cet élément a attisé notre curiosité et nous a conduits à étudier les offres tarifaires de compagnies maritimes locales et étrangères.

Tarifs « locaux »

Les navires à grande vitesse sont uniquement présents sur la desserte maritime Tahiti – Moorea. Il n'est donc pas évident d'établir un comparatif tarifaire équitable entre les différentes compagnies maritimes présentes en Polynésie-Française.

Toutefois, il est important de souligner que le tarif des passages entre Tahaa et Raiatea a augmenté, de 800 CFP (en 2006) à 1 015 CFP (en 2014), soit une hausse de 26 %. En outre, les tarifs de la société MAUPITI EXPRESS, en situation monopolistique sur la desserte Raiatea, Tahaa, Bora-Bora et Maupiti, ont augmenté de 30 à 40 % (plus de 10 000 CFP l’aller-retour au lieu de 5 500 CFP).

Tarifs « étrangers »

En comparaison aux tarifs à l'étranger dont la moyenne du coût du passage est de 2 120 CFP (pour une traversée de 30 à 40 minutes), le prix pratiqué au sein des sociétés AREMITI est de 1 057 CFP HT. Il a été décidé de mettre en place un tarif unique pour les deux navires AREMITI afin de laisser le choix aux usagers d'emprunter le navire dont les horaires correspondent le mieux à leurs besoins.

En Métropole, les habitants des îles de Groix et de Belle-Ile dans le Morbihan, desservies par une seule et unique société : la compagnie Océane, ont subi une hausse tarifaire subite et importante de plus de 100 %. Le tarif de la traversée est ainsi passé de 13 à 37 euros l'aller-retour. A cela s'ajoute, l'augmentation tarifaire de 300 % relative aux traversées des camions de transport.

Tarifs « AREMITI »

Les sociétés AREMITI n'ont cessé de maintenir des prix au plus juste et d'investir dans des navires plus performants.

Par ailleurs, depuis quelques années, la SNC AREMITI, exploitant le navire Aremiti 5, se confronte à des difficultés financières accrues liées à la morosité du climat économique qui sévit en Polynésie Française. Pour pallier à cela, la société a opté pour des solutions équitables et pérennes à savoir : le maintien des tarifs en vigueur et la baisse des rotations dudit navire.

Certes, avec la mise en service du nouveau ferry, notre société a revu à la baisse le nombre de rotations du navire Aremiti 5 car il nous semblait inconcevable de faire partir quasiment aux mêmes horaires les deux navires d'une capacité de 697 passagers et 30 places pour l'un (Aremiti 5) et 967 passagers et 145 places pour l'autre (Aremiti Ferry 2).

Ces décisions ont été prises afin d'assurer la continuité de notre activité de transport, notamment pour les abonnés et les étudiants qui résident sur l'île Moorea.

Monopole ou pas, position dominante ou pas, les sociétés AREMITI n'exercent aucunement leur pouvoir de marché malgré un accroissement des charges et un contexte économique défavorable.

augmentation des charges

Pour affûter nos arguments, un historique des tarifs appliqués par les sociétés AREMITI a été établi :

- Prix du passage :
  • 1999 : 1 000 CFP HT
  • 2011 à 2015 : 1057 CFP HT (1 160 TTC dont la RPA*).
Par ailleurs, le prix du passage « Tahiti – Moorea » paru au Journal Officiel du 03 septembre 1998 (arrêté n°1103 CM du 20 août 1998) était fixé à 2 254 CFP HT. - Prix de l'abonnement mensuel :
  • 1991 : 24 000 CFP HT
  • 1999 : 20 000 CFP HT
  • 2008 : 17 500 CFP HT
  • 2011 à 2015 : 18 571 CFP HT (21 900 TTC dont RPA*). Ce prix est toujours inférieur à celui de 1991, date de création de la société AREMITI. Aussi, il est important de noter que le tarif du passage revient à 386,89 CFP HT au lieu de 1 057 CFP HT, soit une réduction de 63,39 %.

Ces tarifs ont été maintenus bien que les sociétés AREMITI se confrontent de nombreuses augmentations :

  • Salaires des gens de mer (ENIM) : hausse de 27,96 % de 1998 à 2014.
  • SMIG : hausse de 49 %, de 1999 (100 000 CFP) à 2014 (152 914 CFP).
  • Prix du carburant : hausse de 116,22 %, de 1999 (37 CFP/litre) à 2015 (80 CFP/litre).
  • Maintenance des navires : hausse en raison d'une flotte maritime plus performante.
  • Assurance des navires : hausse en raison de l'augmentation des risques de par le monde.

Malgré ces hausses de 22 % liées aux coûts d'exploitation et grâce à une meilleure productivité, les sociétés AREMITI ont pu maintenir des prix très raisonnables.

En effet, le prix du passage a subi une légère augmentation de 5,7 % en 15 ans (de 1999 à 2014) et le prix de l'abonnement a connu une forte baisse de 22,62 % en 24 ans (de 1991 à 2015).

Passage et abonnement - Salaire
Carburant

Investissements

Il est également à préciser que, depuis sa création, la société AREMITI n'a cessé d'investir dans des navires plus rapides, plus performants, plus confortables, plus spacieux… Le souci de la compagnie a été d'améliorer le confort et la sécurité des passagers par des investissements importants en achetant des navires neufs, tout en essayant de maîtriser les prix des passages et de les maintenir à des niveaux raisonnables.

Navires et nombre de PAX

Classement du site Internet « Trip Advisor »

Le classement réalisé par le site Internet « Trip Advisor » a pris en considération tous ces éléments liés à la qualité des prestations fournies par nos sociétés. Les internautes (locaux et étrangers) nous ont classé 1ère des 18 attractions de la Ville de Papeete pour les raisons suivantes : rapidité des navires, prix abordables, navires confortables, efficacité de notre équipage etc. Ce classement a majoritairement été réalisé par les touristes dont la neutralité du jugement ne peut être contestée.

« Réductions de prix temporaires, un mauvais facteur de fidélisation »

Bien que longtemps considérées comme un élément de convoitise, les réductions de prix temporaires sur un produit ne peuvent en aucun cas être perçues comme des mesures de fidélisation. Ces actions doivent être occasionnelles car elles attirent les clients infidèles qui représentent des revenus nocifs pour une entreprise.

Malheureusement, de nombreuses compagnies maritimes optent pour de telles mesures et se retrouvent dans un engrenage infernal dont elles auront beaucoup de mal à s'extirper. Il est évident qu'une politique de réductions de prix temporaires est inadéquate compte-tenu de la morosité du climat socioéconomique et des coûts d'exploitation.

« AREMITI en position monopolistique, une utopie »

Les sociétés AREMITI ont longtemps été accusées d'être en situation monopolistique sur la desserte maritime, Papeete – Moorea, malgré la présence d'un concurrent. Sans vouloir prétendre maîtriser avec aisance les fondements de l'économie, cette remarque est contestable.

Par définition, un monopole est « une situation dans laquelle un offreur se trouve détenir une position d'exclusivité sur un service (ou produit) offert à une multitude d'acheteurs ». La définition de ce terme n'est pas chose aisée car l'utilisation d'une définition trop restrictive peut conduire à voir le monopole partout.

Il est à préciser que depuis l'an 2000, cinq compagnies maritimes concurrentes des sociétés AREMITI ont cessé leur activité pour des raisons économiques. De plus, le Pays a accordé deux licences d'armateur à une sixième compagnie maritime : l'une pour un navire rapide, le TEREVAU et l'autre, pour un ferry en cours d'achat.

La théorie économique considère qu'une situation monopolistique est fortement nuisible aux consommateurs car le monopoleur a la possibilité absolue d'imposer le prix de vente du service(ou produit)concerné sans forcément prêter attention à sa qualité.

Or, il est important de noter que les tarifs maximaux de fret et de passages maritimes en Polynésie Française sont soumis pour validation à la Direction Générale des Affaires Economiques. Toute augmentation tarifaire annuelle ne peut être supérieure à l'indice des prix à la consommation. Cette procédure est strictement encadrée par des arrêtés publiés au Journal Officiel.

Outre les charges importantes du carburant, des salaires des personnels ENIM, de la sécurité des passagers, la maintenance des moteurs et leur reconditionnement, obligatoire après un temps d'activité limité, les sociétés AREMITI s'efforceront de maintenir des tarifs raisonnables.

* : RPA = Redevance au Port Autonome (47,62 CFP HT par passage)